Tank & Aux 4 coins du cercle

50%Livres

 

Mes oeuvres – Présentation

 

 

« TANK » est le titre d’un journal. La particularité de cet hebdomadaire, en plus de sa ligne éditoriale révolutionnaire, est son Rédacteur en chef. C’est un homme à l’allure étrange, dyslexique et pétri de secrets. Toutefois, il n’est qu’une caisse de résonance pour le véritable personnage principal, son journaliste.
Le Paris nocturne — sa logique, ses rituels, ses démons, ses victimes — accompagne dans une sorte de course au «  tout ou rien  », le personnage principal.
Cet homme est l’unique reporter de TANK. Avec le Rédacteur, il travaille de concert à une enquête sur un groupuscule d’extrême droite. Rapidement, l’enquête dérive sur l’enlèvement du Rédacteur.
Après une bagarre épique dans un bar, il rencontre un mystérieux et charismatique Autrichien.

Mon intention

Ce roman a été le réceptacle de mes colères, de mon envie de tout casser. Comme je me vois mal envoyer chier tout le monde, j’ai décidé de poser sur papier ce qui me trottait dans la tête. Tank est né pour m’offrir cette soupape dont nous avons tous besoin.
Le quotidien, ses injustices, son atrocité, et pire que tout, son absurdité, demande à chacun de nous de grands efforts. Parfois, nous ne sommes plus en mesure de les faire. Pour moi, la seule échappatoire était dans l’écriture. Ce bouquin m’a permis de vider un peu mes ballasts et de dire tout haut ce qu’il peut m’arriver de penser de la comédie sociale dans laquelle nous baignons tous.
Je pourrais vous dire que mon intention en écrivant Tank était de m’inscrire dans une quelconque école littéraire, de laisser s’exprimer pleinement une pulsion d’écriture trop longtemps refoulée ! Mais rien de tout ça ne serait vrai. Ce récit est un désir de liberté, tout simplement. Mon héros m’a obligé à écrire ce que je ne voulais pas céder, m’a contraint à dépasser mes limites, m’a ri au nez lorsque je voulais lui faire dire des banalités, m’a injurié lorsque je voulais qu’il endosse un visage tempéré.

Ce travail est mon premier pas sur ce chemin de liberté. J’ai encore le pas hésitant de celui qui découvre. Alors, pardonnez-moi si je laisse la parole à mon personnage, mais je crois qu’il saura mieux que quiconque vous expliquer pourquoi, lui et moi, en sommes arrivés là.

Les mains croisées sur son manteau, il se laisse tomber nonchalamment sur la chaise préparée par son auteur. Un petit sourire flotte sur ses lèvres.

« Je vois que l’autre a foutu le camp ! Y savait pas quoi vous dire à vous autres, les brigadiers ! Pffffff, pourtant je croyais qu’il avait pigé. Je l’ai embarqué dans mes affaires pour lui faire tomber les dents de lait, pour qu’il ait des crocs et de l’estomac. Mais je vois qui reste du travail sur l’établi.
Y m’a soufflé de vous toucher deux trois mots pour vendre le truc. Môme déjà, j’avais pas l’habitude de bouffer ma paillasse en prières et autres tours de bigots. Je crois, comme le dit souvent mon Rédacteur, que je suis né avec la mâchoire finie et une boule de colère coincée dans la gorge. Alors, je vais pas vous la faire Bescherelle, perruque et collerette. Non, car même si la vie m’a laissé tout tordu, rapiécé mille fois, boiteux depuis le berceau et abonné au guignon façon chat noir et autres déveines, j’ai jamais lippé le cuir d’une godasse ou donné un sourire contre un peu de chaleur. Je me fous de votre avis sur ce que vous allez lire, de votre opinion sur mes mauvaises manières et la façon que j’ai de causer ou de biffer. Vous dire les trucs qui vendent, vous faire l’article, ça me laisse transparent, tout vide à force d’avoir gerbé. Je sais que l’autre voudrait que je vous fasse marrer, que j’ai l’astuce en guise de munitions, mais pas moi. Ça fait trop longtemps que je vis sur la bordure, que je me tape de la carne et que je plie des cailloux ! J’ai qu’une chose à dire, avant de vous laisser, suis bien décidé à faire tomber la Sorbonne et à faire le macaque mieux que le roi des macaques lui-même. Alors faîtes pas l’embargo façon Panama, car je me rendrais jamais. Dans mes veines, le mauvais vin et le sang ne font plus qu’un et bien plus que le courage ! »

Extraits

« Est-ce que pour une fois, la chance m’avait à la bonne ? J’ai pas réfléchi cent sept ans, mes talons ont exécuté un demi-tour et j’ai filé. Une rigolade me déchirait la bidoche et le froc. Sans doute que pour les autres, la joie c’est de devenir parent ou encore de finir de payer le crédit. Pour moi, le projet le plus insensé, c’est de pas rentrer le dos plié sous une emmerde. Alors, croyez-moi lorsque je dis que j’avais le ventre remué par la joie et les doigts croisés dessus pour que ça dure. »

« La porte allait s’ouvrir et laisser entrer mon destin avec ses envies de me fumer. Trop furieux tout ça pour moi, j’accepterais pas sans rien faire, sûr ! La peur, la trouille, la crotte au cul, je connaissais depuis longtemps, mais là, je pouvais pas laisser faire ma vieille copine. Alors, j’ai serré les genoux, fermé la rondelle, et j’ai regardé ce que je pouvais imaginer pour me sortir de cette sale affaire. »

Des lecteurs sur Amazon s’expriment

« J’ai dévoré ce bouquin.
Il y’a tout ce que j’aime, du rythme, une bonne histoire, une bonne dose d’humour (le mariage, l’église, la rencontre avec l’autrichien, c’est dans le désordre. lol) et des personnages attachants. Je l’ai acheté car dans la présentation, je ne sais plus quel blog, parle d’un style qui fouette. C’est le cas. Je crois que je pourrais lire n’importe quoi de cet auteur et le reconnaitre tellement il est fluide et particulier. J’espère vraiment qu’il nous donnera à lire d’autres romans. » par LiliChéri

« A peine commandé et lu d’une traite…
Difficile de décrocher de ce roman… rythme, personnages, intrigue… tout y est !
Le voyage vaut le détour !
A lire, clairement !» par Précieuse

D’autres commentaires sont disponibles sur Amazon.

Tank a été publié aux éditions Kirographaire en 2011. Malheureusement la maison d’édition a mis la clef sous la porte.
Plutôt que de le soumettre à de nouvelles maisons d’édition, j’ai préféré l’éditer directement sur Amazon en version électronique (Kindle) et papier.

Tank, version kindle sur Amazon (2,99 euros).
Tank, version papier sur Amazon (6,33 euros).

 

4 coins« Aux quatre coins du cercle », Chloé est une petite fille qui rêve beaucoup. Tout ce qui l’entoure est motif à la rêverie. Ses parents, François et Agnès, divorcent. Heureusement, la Tata et la cousine sont là. Chloé grandit, on apprend son homosexualité alors qu’elle enterre cette mère trop souvent absente. Au fait, cette mère est-elle vraiment décédée ? Ou est-ce encore une invention de Chloé. Invention pour se rapprocher de ce père mort tout de suite après le divorce. Et lui, comment est-il mort ? Accident ou suicide ?

Mon intention

Le cadre de « Aux quatre coins du cercle » prend sa source dans ce que j’appellerai une béate réalité. Le personnage principal évolue dans le monde et dans son monde, où une maman peut et mourir et vivre selon l’humeur de Chloé. Mon premier souci était de mettre en scène une jeune femme qui n’abandonne pas ses rêves de fillette et décide d’arranger l’écrasante réalité qui tue.

Combien de personnes rêvent d’autres choses ? Gais ou tristes, ces rêves se valent tous. Ne fait-on pas avec ce que l’on a ?

Chloé a décidé qu’elle arrangera les choses, au point que la schizophrénie devient le remède, la drogue contre l’absence. Toutefois, car il y’a toujours un « toutefois » dans les romans, le refuge peut être pire que le problème. La mort rêvée peut devenir la mort, tout court.

L’originalité du livre réside dans la multitude de points de vue offerts au lecteur. J’ai toujours vu la réalité comme un phénomène multiple. Pour traduire cette sensation de duplicité du monde, je propose au lecteur un témoignage des mêmes faits par plusieurs personnages. Mon souci est surtout de faire passer l’idée que l’imaginaire n’est jamais loin.

Extraits

« J’ai compris en n’apercevant pas mon reflet dans l’eau qu’il n’y serait plus. À sa place, le visage d’une autre flottait sur l’onde. Visage anonyme qui un peu comme ces photos sur les tombes n’appartient plus à personne. Alors j’ai encore tiré, tiré, tiré, tiré sur cette image qui me souriait sans pouvoir l’effacer. C’était comme quatre flashs dans la solitude d’un photomaton, à la sortie d’une gare qu’on ne connaît pas. »

« Là-bas…, tout au loin, au Canada dort une femme qui a tué parce qu’elle m’aime. Et moi aussi je me dois de lui ressembler, de ne pas laisser quiconque éloigner papa de moi. La nuit enveloppe mes gestes de silence et les étoiles guident mes mains sur le sentier terrible de la vengeance. Je sais que les bruits de semelles qui se pressent dans le couloir ont deviné mon projet… mais ce soir, la nuit est claire. »

Des lecteurs sur Amazon s’expriment

« Il est rare de tomber sur un bouquin autant surprenant dans la forme que dans le fond.
À lire. » par Rasko

La version papier de Aux 4 coins du cercle est publié aux éditions Chloé des Lys.

Aux 4 coins du cercle, version Kindle sur Amazon (2,99 euros).
Aux 4 coins du cercle
, version papier sur le site de l’éditeur (13,60 euros).

Vous avez lu un de ces livres ? Vous souhaitez me faire part de vos remarques, je me fais un devoir de répondre à vos questions.

Orin